agonia
espanol

v3
 

Agonia.Net | Reglas | Publicidad Contacto | Regístrate
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poemas Personales Prosa Guión Ensayo Presa Artículo Comunidades Concurso Especial Técnica literaria

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textos del mismo autor




Traducciones de este texto
0

 Los comentarios de los miembros


print e-mail
Visualizaciones: 491 .



Peut-on pleurer de tout ?
artículo [ Creación ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
por [Reumond ]

2015-10-27  | [Este texto, tienes que leerlo en francais]    | 








Oui certainement, mais pas avec n’importe qui !

Il ne s’agit nullement de larmoyer avec les pleurnichards, ni de prendre part au pessimisme communautaire comme aux effusions et lamentations collectives, mais on peut effectivement sangloter de tout ou pleurer avec ceux qui pleurent !

Oui, on peut pleurer de tout, mais surtout pas avec tous ces tristes sires qui ont la vie en excellence, et sûrement pas non plus avec ceux qui se rient du malheur d'autrui ou se font des gorges chaudes de toute gorge nouée par l’angoisse et le chagrin. On peut pleurer de tout, incontestablement, mais pas avec ceux qui tournent en ridicule ou en dérision les tristesses sans fond.

Pleurer avec l’autre, c’est aussi une réaction de sympathie et un véritable acte d’humanité et d’empathie. Reconnaître la tristesse d’autrui et pleurer avec lui, c’est l’aider à colmater les blessures, c’est pleurer dans le monde, avec le monde et pas en dehors. Alors, lâchez-vous, pleurer à chaude larme pour dire la proximité et ouvrir le dialogue sur la diversité des pleurs et toutes les difficultés que nous avons pour vivre ou survivre à notre condition humaine.

Suivez les conseils du vent, pleurez des railleries des financiers et ne pleurez surtout pas avec ceux que se moquent des larmes en faisant de la tristesse leur gagne-pain ou leur commerce.

Ne pleurez pas avec ceux-là qui ont la larme vénéneuse comme il existe des rires venimeux, obscènes ou satiriques; car en notre monde où même les sentiments peuvent être détournés, pervertis, instrumentalisés ou commercialisés, il existe aussi des larmes comme des rires qui sont exploités, des larmes et des rires vénaux aussi cruels que certains coups, des larmes et des rires corrompus, malveillants ou malfaisants, mais toujours aussi amères que le fiel.

Discernez autour de vous et pleurez avec tous les souffre-douleur que l’on harcèle, avec les victimes de toutes ces gouailles railleuses comme la médisance et la calomnie.

Compatissez et pleurez avec ceux-là, ceux qui sont les cibles des moqueries ou la proie de sarcasmes acides. Discernez, pleurez avec et compatissez avec ceux qui souffrent le martyre, avec ceux qui endurent les insultes gratuites et les rires maladroits ; ou pleurez de tout cœur avec ceux qui subissent le cynisme des riches et des blasés, la lâcheté, l’indifférence ou l’obscénité des repus et des puissants de ce monde.

Pleurez avec et partager les maux de l’autre, oui, compatissez corps accord, compatissez cœur à cœur et cœur et âme pareillement, mais pleurez sans vouloir plaire, pleurez avec miséricorde et pas avec condescendance, sans honte, sans limites, sans vous apitoyer sur vous-même, et sans complaisance pour ceux qui rient de tout sans discernement.

Pleurez avec, c’est un acte de bonté ! pleurez donc, consolez, encouragez sans démagogie et sans attentes ; éclatez en larmes pour exploser les dénis, les silences et surtout l’indifférence, et faites-vous ainsi les complices bienveillants et sincères de ceux qui pleurent pliés par la peine et le tourment.

Mais n’oubliez pas de pleurer de rire et de rire surtout de vous-même, avec l’autodérision comme respiration profonde, à larmes déployées, à larmes franches...


Certes, je viens de le souligner à plusieurs reprises, on peut effectivement pleurer de tous les drames sociaux, de toutes les catastrophes naturelles et plus encore de la bêtise humaine ; alors, pleurez ! Pleurez donc et faites-vous les compagnons de route et de tristesse de ceux qui pleurent parce qu’ils vivent l’abus, l’esclavage ou quelque forme d’iniquité.

Pleurez pour vous reconnecter au monde et à la réalité, et gémissez ensemble avec ceux qui gémissent ; pleurez du chagrin du prisonnier, de celui de l’émigré ou de la tristesse du migrant ; pleurez du chagrin des enfants, des animaux qui souffrent, de la nature qui peine, et prenez tout votre temps pour pleurer avec les corps et les âmes tourmentés.


Soyez charitable avec ceux qui souffrent, soyez des pleureurs heureux, des pleureurs compatissants, des pleureuses généreuses et bienveillantes, et pleurez ainsi de joie en accueillant nos différences et nos maux différents.

Et pour clôturer, comme dirait mon copain Matthieu, on peut pleurer de tout cœur avec les indigents et les pauvres en esprit, tout en sachant que le Royaume des cieux reste à construire parmi nous afin de tous nous accueillir.

On peut sangloter de bon cœur avec tous les affligés et tenter déjà de les encourager et de les consoler ici-bas ; on peut pleurer avec les doux comme avec les cœurs purs, et pleurer main dans la main avec les artisans de paix, car ils sont eux aussi les héritiers de notre terre.

On peut pleurer ferme, pleurer nu et pleurer dru, pleurer vrai avec tous les affamés de la terre, et crier avec tous les assoiffés de justice et tous les persécutés de l’injustice, afin qu’ils soient au plus vite pleinement rassasiés.

On peut aussi pleurer pour donner la parole, pleurer avec l'autre pour lui donner de la liberté, de la présence fraternelle et donner ainsi du souffle à la relation.

Pleurons de tout, et pleurons tous avec tous, malgré nos bémols et multiples contradictions ; restons dans des pleurs d’espérance, dans la tristesse et la joie paradoxale de l’attente, pleurons côte à côte, car notre récompense sera grande dans le monde que nous construisons ensemble.

Pour cela, il nous faut associer nos larmes solidaires, en faire un torrent d’amour, connecter nos yeux rouges et nos regards différents sur le monde et la vie. Pleurons équitable, avec toutes les synergies qui caractérisent la réconciliation et la tendresse. Pleurons avec volonté, avec des pleurs plus fraternels, des pleurs de vérité et de liberté qui soient de véritables larmes planétaires.


.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La casa de la literatura poezii
poezii
poezii  Busca  Agonia.Net  

La reproducción de cualquier texto que pertenece al portal sin nuestro permiso està estrictamente prohibida.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Política de publicación et confidencialidad

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites!